Le pouvoir de l'amour

Il y des programmes de télévision que je ne peux m’empêcher de regarder et qui ont sur moi un effet très perturbant, ce qui désespère mon mari.
Spécialement une émission américaine qui passe sur le câble qui se nomme les «Maçons du Cœur ». C’est un genre D&co caritatif version superman, avec des moyens colossaux .
Sincèrement, c’est toujours la même chose : une famille dans la précarité extrême et une bande de jeunes- supers-bronzés-survoltés –aux-dents-blanches qui vont raser leur maison pour en construire une qui va rendre jaloux tous les voisins ( et pour sûr, attirer tous les voleurs du coin). 

Emission d’une bien-pensante ambiguité et d’un voyeurisme malsain.
Breeeeef,il n’empêche que le dimanche, je suis malgré moi en train de chouiner en regardant la nouvelle chambre de Tracey, la jeune enfant handicapée, terriblement attachante, qui a un lit de princesse et un mur dédicacé par ces idoles, les habitantes du manoir de Hugh Hefner.