Esther libérée

Hier soir, une copine a eu la merveilleuse idée de nous faire découvrir un karaoké Philippin dans un sous-sol du quartier rouge de Genève. Un endroit méga kitsch et désert où le choix des chansons était très vaste.
D'abord très réticente à ce genre d'exhibition, j'ai très vite décomplexé en entamant les hymnes de mes années pré-pubères. Des Yeux Révolvers à Cookie Dingler, je connaissais les chansons par cœur et ne lâchais plus le micro…
Je crois que j'ai cartonné!