Jarvis loves me!

Il y a 3 semaines environ, mon idole de toujours, mon fantasme absolu, Jarvis Cocker, exposait à la galerie Chappe, à Paris. Évidemment, je me devais d'y aller d'autant plus qu'il allait y animer maintes activités burlesques. J'ai donc réveillé de bonne heure mari et enfant pour être les premiers à la galerie. Arrivés là bas, pas de Jarvis, même pas de galeriste, en fait on était méga en avance... Pour me faire pardonner d'avoir été hystérique de bon matin, je propose un brunch au café du Progrès, en bas de la rue Chappe... En entrant dans le café un peu déçu, qui vois-je installé devant une bière?!?! JARVIS! Évidemment mon sang ne fit qu'un tour et mes jambes se ramollir et je n'entendis plus rien autour de moi, mon love du me secouer pour que je dégage de la porte... Prise d'un élan de "bravitude", je m'installe à la table à côté mais sans pouvoir le regarder tellement je n'en pouvais plus d'être si proche. On commande alors à manger, je parle bien fort pour me faire remarquer, je sors quelques bavardages intellectuels pour me la jouer Parisienne blasée, je prends une salade au cas ou je pouvais perdre instantanément mes 7 kilos en trop, on ne sait jamais... Love lève les yeux au ciel, mi-amusé, mi-mal à l'aise, je continue mon show désespérément tout en me disant que plus j'en faisais, plus je me grillais mais peut importe, il fallait qu'il remarque ma présence. Ma salade arriva, je la mangeais délicatement, puis, prise d'un courage désespéré, je me suis tournée vers lui et me mis à le fixer, son regard croisa alors le mien, un énorme sourire envahit mon visage; je resta scotchée. Agacé par mon numéro de fan ridicule Love me traita d'adolescente en rut... au même moment Jarvis partit, mon coeur se mis alors à rebattre normalement et je redescendis sur terre un peu honteuse pour finir ma salade... J'eus trop honte ce jour là pour retourner à la galerie.